Comment déclarer ses revenus fonciers en toute simplicité ? 

En tant que propriétaire d’un bien immobilier, vous êtes tenu de déclarer les revenus que vous en tirez auprès des autorités fiscales chaque année. Cela peut parfois s’avérer être une tâche complexe, surtout lorsque vous ne vous y connaissez pas trop en la matière. Mais pas de panique, dans ce billet, vous découvrirez toutes les informations dont vous avez besoin pour déclarer vos revenus fonciers en toute simplicité.

En parallèle : Comment optimiser sa fiscalité immobilière ?

Les revenus fonciers

Avant de déclarer vos revenus fonciers, vous devez comprendre cette notion. Il s’agit de l’ensemble des recettes que vous tirez d’un ou plusieurs biens immobiliers que vous avez loués pendant une année. Ces recettes correspondent tout simplement aux loyers encaissés, aux charges récupérables auprès des locataires, aux subventions, aux remboursements d’assurance, aux indemnités d’éviction et aux intérêts d’emprunt.

Lire également : Les meilleurs dispositifs fiscaux pour réduire ses impôts grâce à l’immobilier en France.

Les régimes d’imposition

À présent que vous avez compris ce qu’est un revenu foncier, vous devez savoir qu’il existe deux régimes d’imposition pour les déclarer. Le régime réel d’imposition et le régime micro-foncier. Si vous optez pour le régime réel d’imposition, vous pourrez déduire de vos recettes les charges liées à votre bien immobilier (travaux, frais de gestion et d’entretien, intérêts d’emprunts, etc.). Si vous choisissez le régime micro-foncier, vous bénéficierez d’un abattement de 30% sur vos recettes foncières brutes.

Les documents nécessaires

Lorsque vous déclarez vos revenus fonciers, vous devez fournir certains documents. En effet, si vous êtes loueur en meublé, il vous faudra remplir une déclaration de revenus spécifique, la déclaration 2042 C-PRO. Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier nu, vous devrez utiliser la déclaration 2044 pour déclarer vos revenus fonciers. Vous devrez également fournir les justificatifs de charges telles que les factures de travaux, les quittances de loyer, etc.

Les délais à respecter

La date limite de déclaration des revenus fonciers varie en fonction du régime d’imposition choisi. Ainsi, si vous optez pour le régime micro-foncier, vous avez jusqu’au 20 février pour effectuer votre déclaration en ligne. Mais si vous êtes au régime réel d’imposition, vous disposez jusqu’au deuxième trimestre de l’année qui suit celle où les recettes ont été perçues. Pour les loueurs en meublé, le délai de déclaration est fixé au 31 janvier.

Les sanctions

Enfin, sachez que la déclaration de vos revenus fonciers est une obligation légale. Si vous ne le faites pas, vous risquez des sanctions financières. Vous pouvez notamment vous voir infliger une amende de 10% du montant des revenus non déclarés. Vous devez donc veiller à respecter les dates limites et à bien remplir tous les formulaires nécessaires.

En définitive, déclarer ses revenus fonciers n’est pas une mission impossible. Vous pouvez le faire en toute simplicité en suivant les étapes énoncées dans ce billet. Il est important de comprendre les régimes d’imposition, de réunir les documents nécessaires et de respecter les délais de déclaration afin de ne pas subir des sanctions financières. Alors, n’hésitez pas à vous lancer !